Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Parutions > A propos du livre de Daniel Cordier

A propos du livre de Daniel Cordier

Mis en ligne le 28/06/2010

Dans la revue La Faute à Rousseau (publiée par l’Association pour l’Autobiographie) n° 54 figure un article de Jacques Lecarme présentant le livre de souvenirs de Daniel Cordier, Alias Caracalla (Gallimard, 2009). Extrait (pp 59-60) :

« Le titre Alias Caracalla ne doit pas faire obstacle au désir de lire ce roman vrai. C’est un « private joke » entre Daniel Cordier et Roger Vailland. Celui-ci avait publié en 1945 Drôle de jeu, le meilleur – et peut-être le seul ! – roman écrit sur la Résistance par un résistant de la base. Il y faisait figurer Daniel Cordier, son « patron », grand délégué de De Gaulle, sous le pseudo décadent de Caracalla. Le « patron », en 2009, salue l’ombre de son ami militant, qui survit aujourd’hui par la fiction de 1945, que la postérité n’a pas oubliée. »

Et voici comment Cordier lui-même explique cette appellation, dès la première page de son livre :

"En 1943, je fis la connaissance de Roger Vailland, dont je devins l’ami. Après la Libération, il m’offrit Drôle de jeu, récit à peine romancé de notre relation. "J’ai choisi pour votre personnage de pseudonyme de Caracalla. J’espère qu’il vous plaira." Aujourd’hui, pour retracer une aventure qui fut, par ses coïncidences, ses coups de théâtre et ses tragédies, essentiellement romanesque, ce pseudonyme imaginaire a ma préférence sur tous ceux qui me furent attribués dans la Résistance."

Dans la même rubrique :

© 2006–2007 Les Amis de Roger Vailland – Élizabeth Legros et Alain (Georges) Leduc, co-responsables de la rédaction.
Conception : www.linuance.com