Vous êtes ici : Accueil > L’œuvre > Archives des Cahiers Vailland > Dictionnaire du coeur

Dictionnaire du coeur

Mis en ligne le 30/08/2011

Texte inédit paru dans le numéro 3 des Cahiers Roger Vailland (juin 1995)

Roger Vailland réside en 1951 aux Allymes, un hameau sur les contreforts méridionaux du plateau d’Hauteville (Ain).

"Ce n’était pas une retraite, précisait-il dans Le Regard froid. Par les sentiers de montagne, tantôt je gagnais les cités ouvrières de la vallée de l’Albarine, où se traite la soie artificielle, tantôt je descendais jusqu’au dépôt de chemin de fer d’Ambérieu-en-Bugey. Je participais aux réunions où se préparaient les actions politiques, je parlais dans les meetings, je défilais avec les militants, je dansais dans les goguettes du parti communiste [...]. D’autres curiosités cependant ne m’étaient pas devenues étrangères. Je jetais sur le papier, en toute hâte, des notes sur toutes sortes de questions."

Nous publions ici quelques-unes de ces notations ; griffonnées sur de petits cahiers, elles donnent à lire les tâtonnements de Vailland, révèlent une réflexion sur le point de trouver sa forme.

"Mais je n’ai jamais aimé, poursuivait l’écrivain, me satisfaire de notations. J’entrepris d’écrire une série de Thèses sans conséquence." Roger Vailland n’achèvera que celle intitulée De l’Amateur. Sur le maréchal de Villars et le prince Eugène à la bataille de Denain sera à l’origine de La Bataille de Denain, pièce de théâtre inachevée ; Sur le loroglosse à odeur de bouc sera reprise dans Boroboudour, voyage à Bali, Java et autres îles.

DICTIONNAIRE DU COEUR

Tout homme a un coeur mais beaucoup d’hommes sont des sans coeur. Pour avoir du coeur, on n’a pas nécessairement bon coeur et il arrive qu’un mauvais coeur ait du coeur à l’ouvrage, qu’il travaille de tout son coeur ; je souhaiterais que tous ceux qui s’intéressent aux problèmes du coeur apprissent d’abord cela par coeur.

Qui perd son âme y gagne un coeur.

Le proverbe est faux et vrai qui dit qu’on porte son âme sur son visage. Il faut dire : c’est ton visage qui est ton âme et qui reflète à chaque instant la totalité des rapports que tu entretiens dans le temps et dans l’espace avec toi-même, avec la nature et avec toi-même dans la nature.

Autre corollaire

Tout ce qui concerne l’être vivant ne peut être étudié qu’en fonction de l’unité en acte de sa pluralité (engagée dans la nature). Ne l’envisager que comme unité est tomber dans l’erreur idéaliste. Ne l’envisager que comme pluralité (engagée dans la nature) est tomber dans l’erreur matérialiste (vulgaire). Ne l’envisager que dans l’acte est tomber dans l’erreur pragmatique qui englobe les mystiques, les philosophes.

Qualités du coeur

Parmi toutes les vertus humaines et animales, celle qui m’émeut le plus est la fierté.

La fierté fut pendant longtemps l’apanage presque exclusif des hommes, et plus spécialement des gentilshommes, c’est-à-dire des hommes de bon sang. On ne la rencontre plus aujourd’hui en France que chez les enfants, les très jeunes filles et parmi les pauvres.

© 2006–2007 Les Amis de Roger Vailland – Élizabeth Legros et Alain (Georges) Leduc, co-responsables de la rédaction.
Conception : www.linuance.com