Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Autour de Vailland > Exposition Coulentianos à Paris

Exposition Coulentianos à Paris

Mis en ligne le 08/04/2011

Une exposition consacrée à deux sculpteurs grecs : Coulentianos, ami de Vailland, et Philolaos, a lieu actuellement (et jusqu’au 16 avril 2011) à la galerie Jean-Louis Danant. Elle regroupe une quarantaine d’oeuvres en bronze.

La galerie Jean-Louis Danant a choisi de rendre hommage à deux artistes d’origine grecque, Coulentianos et Philolaos, ayant passé une grande partie de leur vie artistique en France. Réunis l’un et l’autre par le choix des matériaux utilisés, sculpteurs du fer, sculpteurs du métal et appartenant à une même génération, leurs sculptures entretiennent un dialogue riche et varié.

C’est à Paris que Costa Coulentianos a entrepris son parcours de sculpteur. L’artiste arrive à Paris en décembre 1945 avec une bourse du gouvernement français et participe au Salon d’Automne de 1946. Un bref passage à l’Ecole des Beaux-Arts et dans l’atelier d’Ossip Zadkine à la Grande Chaumière devait le conduire à « rejeter la conception académique de la sculpture » telle qu’elle lui avait été inculquée à l’Ecole des Beaux-Arts d’Athènes.

Sa rencontre en 1947 avec Henri Laurens a été déterminante pour la suite de son travail. En 1952, il commence à travailler le fer. Son œuvre est toujours figurative, aux formes arrondies et organiques. Mais avec le Dernier des Acrobates (1959), il abandonne la représentation de la forme humaine et passe à l’abstraction. Il travaille avec des architectes à l’intégration de la sculpture dans l’architecture.

Coulentianos : Skyros (1952)

C’est au début de 1961 que l’artiste grec rencontre Roger Vailland. L’écrivain vient le trouver dans son atelier à Paris, boulevard Saint-Jacques, après avoir vu son travail à la Galerie de France chez Myriam Prévôt. Il lui achète la sculpture intitulée Le Dernier des Acrobates. En août 1961, le sculpteur fait donc un premier voyage dans l’Ain, à Meillonnas, pour livrer aux Vailland l’œuvre qu’ils viennent d’acheter. Quelques mois plus tard, à la faveur du développement de leur amitié, il s’installe au village, dans la maison du Mollard que Vailland met à sa disposition, et y aménage son atelier. Grâce à cette amitié, lorsque Coulentianos fait sa première exposition personnelle à la Galerie de France, en 1962, c’est tout naturellement Vailland qui rédige la préface du catalogue. Par la suite et jusqu’à la mort de Vailland en mai 1965, Coulentianos figure parmi les familiers de la maison de Meillonnas. C’est seulement après le décès de l’écrivain qu’il part s’installer dans le Midi de la France.

Il y monte un atelier de tapisseries d’après ses propres cartons avec des tisseuses qui venaient d’Aubusson. Durant les années 1969-1974, il crée ses premières sculptures boulonnées de grandes dimensions. Il enseigne à l’Ecole des Arts Décoratifs à Paris (1975-1976), puis à l’Ecole des Beaux-Arts de Marseille. Il est mort en 1995 à Plan d’Orgon.

« Coulentianos a élaboré son style avec consistance. Sa caractéristique permanente : formes robustes, pures, simples, dans une matière dont il a le contrôle complet. Son sujet de base est au fond unique : le corps féminin nu, assis, allongé, debout, acrobate. Il en a fait des versions innombrables, modelées dans l’argile, coulées dans le bronze, dessinées sur le papier ou la toile, tissées dans la laine, martelées ou coulées à l’oxygène dans le fer ou le plomb. Même ses œuvres en apparence abstraites se réduisent à cette figure de base. L’abstraction inorganique, le jeu des formes pures en séries répétées symétriquement ou non, il la destine à la décoration pour des reliefs en ciment ou en métal. » (Dossier de la galerie)

Du 9 mars au 16 avril 2011 à la galerie Jean-Louis Danant, 36 avenue Matignon, 75008 Paris. Tel. 01 42 89 40 15, e-mail : danantjl@noos.fr

Lire aussi :

l’article d’Elizabeth Legros sur les rapports de Vailland avec la Grèce : Plutarque à la taverne

une interview de Vailland par Yves Neyrolles : Le dernier des acrobates

l’article d’Alain (Georges) Leduc : Roger Vailland et la fabrique de la peinture

Dans la même rubrique :

© 2006–2007 Les Amis de Roger Vailland – Élizabeth Legros et Alain (Georges) Leduc, co-responsables de la rédaction.
Conception : www.linuance.com