Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Autour de Vailland > Le dernier acrobate du modernisme

Le dernier acrobate du modernisme

Mis en ligne le 15/09/2012

Le 28 septembre 2012 s’ouvre à Athènes, au prestigieux Musée Benaki, une grande exposition intitulée « Le dernier acrobate du modernisme », consacrée au sculpteur d’origine grecque Costa Coulentianos, grand ami de Roger Vailland dans les années 1960.

Le titre de l’exposition fait référence à une sculpture de Coulentianos, Le dernier des acrobates, qui avait d’ailleurs été achetée en 1961 par Roger Vailland : celui-ci l’avait installée dans le jardin de sa maison de Meillonnas.

Dans un article paru dans le quotidien grec To Vima du 9 septembre 2012, Katerina Lyberopoulou évoque la vie et l’œuvre du sculpteur, notamment à partir d’entretiens avec son fils, Ben Coulentianos, qui est également (avec Thodoros Papadopoulos) commissaire général de l’exposition, et avec Dennis Zacharopoulos, qui en est le commissaire scientifique.

Né en 1918, Costa Coulentianos s’était établi en France en 1945. « C’était un homme talentueux, instruit, beau, sincère, avec de véritables convictions démocratiques en raison de sa participation à la Résistance grecque, et tout le monde l’aimait », souligne Dennis Zacharopoulos dans cet article.

Sa rencontre en 1947 avec le sculpteur Henri Laurens a été déterminante pour la suite de son travail. « Costa Coulentianos a brillé en France et aujourd’hui un grand nombre de ses œuvres sont situées dans des espaces publics de ce pays », déclare également Dennis Zacharopoulos, présentant le sculpteur grec comme un personnage marquant de la vie artistique en France au lendemain de la 2e guerre mondiale. « Ce n’était pas seulement les ateliers et la création artistique. C’était les nuits blanches, les rencontres, les amours. » Chez Coulentianos ou chez ses voisins, les sculpteurs Jason Molfessis et Memos Makris, rapporte l’article, « on pouvait voir Axelos, Prassinos, Moralis, Frangias – quand ils étaient de passage à Paris – mais aussi des écrivains comme Roger Vailland et d’autres figures de la vie culturelle et littéraire en France, et on savait que Coulentianos entretenait des liens d’amitié avec Picasso. » Il était aussi l’ami d’écrivains grecs tels que Georges Séféris et Stratis Tsirkas.

L’exposition du musée Benaki comprend 120 œuvres représentatives de l’ensemble du travail de Coulentianos. Avec cet événement majeur, l’artiste retrouve enfin dans son pays d’origine, selon les termes de son fils, « la place qu’il mérite ».

Image : Coulentianos dans son atelier à Paris (photo To Vima)

Dans la même rubrique :

© 2006–2007 Les Amis de Roger Vailland – Élizabeth Legros et Alain (Georges) Leduc, co-responsables de la rédaction.
Conception : www.linuance.com