Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Parutions > Roger Vailland dans le « Dictionnaire des sexualités »

Roger Vailland dans le « Dictionnaire des sexualités »

Mis en ligne le 16/06/2014

Ce dictionnaire paru en mars 2014 chez Robert Laffont (collection Bouquins) se veut le plus complet et le plus novateur à ce jour consacré aux diverses formes de sexualité et à la place qu’elles occupent dans notre société.

Sa première originalité est de traiter des sexualités dans leur ensemble et sans tabou. Autrement dit, de prendre en compte les réalités d’aujourd’hui, avec la multiplication des identités reconnues dans ce domaine : lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres, queers, intersexués...

L’autre singularité de cet ouvrage tient à la diversité de ses approches. Il montre comment l’évolution des pratiques sexuelles a été perçue selon les pays et les civilisations, les religions, les lois, les partis politiques, les grandes périodes de l’histoire. Comment ces pratiques ont été abordées aussi à travers la littérature, la philosophie, la psychanalyse, la musique, le cinéma, la peinture, la danse...

Le livre a été dirigé par Janine Mossuz-Lavau, directrice de recherche émérite au Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences Po/ CNRS), chargée de cours à Sciences Po Paris, auteure de plusieurs livres et d’un documentaire sur les questions de sexualité. Elle s’est entourée de 185 historiens, sociologues, démographes, juristes, écrivains, cinéastes, philosophes, psychanalystes, médecins, politologues, anthropologues, critiques d’art, de cinéma et spécialistes du jazz et de la chanson. Janine Mossuz-Lavau a fait appel non seulement à des experts, mais aussi à des « témoins » qui relatent parfois leurs propres expériences, telle Catherine Robbe-Grillet à propos du SM.

Roger Vailland figure dans ce dictionnaire grâce à un article (pp. 862 à 865) d’Alain (Georges) Leduc, co-fondateur du présent site, qui a également rédigé les articles "Octave-Mirbeau", "Pierre-Bourgeade" et "La Musardine". Son article sur Vailland interroge le rapport de l’écrivain au libertinage (« Roger Vailland, qui fut sa vie durant fasciné par les notions de libertinage et de souveraineté, impliquant d’affronter sans hypocrisie la nature du sexe, se revendiquait du marquis de Sade, et plus encore de Choderlos de Laclos. ») Soulignant qu’« il n’y a guère de passages strictement pornographiques dans l’œuvre de Vailland », il constate que certains jeux y sont toutefois évoqués : « les joies de la flagellation seront récurrentes chez lui (...) Pas de libertinage sans cruauté, donc, et une forme de sauvagerie. » Il est également question dans cet article de son homosexualité latente – Vailland, « à la différence de son comparse et ennemi Aragon, n’a jamais été un homosexuel ostentatoire » – et de son goût pour les prostituées. Enfin l’article fait apparaître les nombreuses « passerelles » entre Vailland et Georges Bataille, comme lui « toujours mu par une ’érotisation de la volonté’ ».

Collection Bouquins, Robert Laffont, 1024 p.

© 2006–2007 Les Amis de Roger Vailland – Élizabeth Legros et Alain (Georges) Leduc, co-responsables de la rédaction.
Conception : www.linuance.com