Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Autour de Vailland > Vailland vu par J-P Manchette

Vailland vu par J-P Manchette

Mis en ligne le 22/04/2008

Extrait du Journal de Jean-Patrick Manchette (à paraître chez Gallimard début mai 2008)

Samedi 9 janvier 1971

Lu les « Ecrits intimes » de Roger Vailland. R. V. fut un adolescent. Je déteste les adolescents - sales mômes - comme je déteste mon adolescence. L’adolescent, c’est l’enfant qui a perdu sa puérilité et qui se plie à n’importe quelle structure comme dans l’espoir de trouver sa cohérence, son âge adulte. R. V. a passé son temps à plier et à se vanter consécutivement de sa grande cohérence, qui n’était que niaiserie. Il admire béatement les automobiles, tout ce qui existe, la prostitution, Staline, soi-même. Quel pauvre con. Dangereuse lecture pour un adolescent, c’est le maquereau de la certitude hâtive, crispée et fausse. A l’intérieur de la gauche, il en est le penseur de droite par excellence. [...]

source : Fabula

« La manière dont Manchette rédige ce journal, naturelle et non délibérée, est, en définitive, la même que dans ses romans : l’utilisation du style comportementaliste, ou behaviorist, cher à Dashiell Hammett, son auteur de référence dans le domaine du roman noir. Seuls les comportements, les actes et les faits sont décrits et recensés, presque jamais les sentiments ou les états d’âme. Des fragments visibles du puzzle, il appartient alors au lecteur de tirer la vision d’ensemble et d’entendre, par-delà les mots, ce qui n’a pas été dit. », écrit Marc Escola dans la présentation du livre sur le site Fabula. A l’évidence, l’extrait consacré à Vailland fait partie de ces « presque jamais », et Manchette y règle ses comptes avec sa propre adolescence…

Dans la même rubrique :

© 2006–2007 Les Amis de Roger Vailland – Élizabeth Legros et Alain (Georges) Leduc, co-responsables de la rédaction.
Conception : www.linuance.com